• Claude Desnier

    Claude Desnier est né le 6 janvier 1863 à Glénat, commune d'Artonne. C'est le premier enfant de François, né le 29 septembre 1825 à Artonne, et de Jeanne Landon, née le 7 mai 1832 à Bussières-et-Pruns (Puy-de-Dôme).

    Claude Desnier Naissance

     

    Curieusement l'étude des fiches de recensement montre que de 1872 à 1896 inclus, Claude a changé de prénom et s'est fait appeler Auguste. Pour quelle raison, et pourquoi ensuite est-il revenu à son prénom initial ?

     - o -

    Claude a accompli son service militaire du 8 décembre 1884 au 25 août 1888. Je vous laisse le soin de suivre ses aventures pendant cette période sur la page correspondante le-zouave-de-glenat.

      - o -

    Un peu après la fin de son service Claude épouse à Artonne le 11 février 1890 Marie Pannetier, née le 16 avril 1869 à Glénat.

    Marie Pannetier Naissance

    Mariage Desnier Pannetier 1

    Mariage Desnier Pannetier 2

    Mariage Desnier Pannetier 3

    On relève que le même jour sa sœur Marie épouse Charles Bouchet, toujours à Artonne.

    De cette union naîtront trois enfants, Irénée le 4 juin 1891, Auguste le 3 juin 1895 et Marie le 28 octobre 1897. Tous sont nés à Glénat

    Marie Pannetier meurt de maladie le 22 août 1898 à Glénat, laissant à son époux la charge de trois enfants en bas âge. On imagine que ce dernier a fait largement appel aux deux grand-mères pour l'éducation des enfants, notamment à sa mère Jeanne Landon, qui était veuve depuis le 26/11/1893 et qui vivait avec son fils, comme l'attestent les recensements.

     - o -

    Après une vie qu'on imagine active Claude Desnier a eu droit, de la part de la "Caisse nationale des retraites pour la vieillesse" à une retraite du montant astronomique de 18,65 francs par trimestre, soit 74,60 Francs annuels, avec jouissance du 1er mai 1923. Il a touché cette retraite jusqu'au 4 novembre 1947.

    Claude Desnier retraite

    Claude Desnier retraite

    Claude Desnier retraite

    Claude Desnier retraite

    Compte tenu de ses antécédents militaires Claude avait également droit à la retraite du combattant. Le livret en notre possession est le 3ème, attribué le 3 avril 1945. A ce titre il perçoit 300 francs par trimestre. On relève que de cette date jusqu'à sa mort il est réputé habiter à La Ligier, à Charbonnières les Vieilles, c'est-à-dire chez sa sœur Marie. 

    Claude Desnier retraite combattant

    Claude Desnier retraite combattant

    Claude Desnier retraite combattant

    Enfin Claude touchait une pension au titre "d'ascendant de militaire" consécutive au décès face à l'ennemi de son fils Irénée en 1914. Cette pension s'élevait en 1946 à 1800 Fr par trimestre, soit 7200Fr par an.

    Claude Desnier pension ascendants de militaires

    Claude Desnier pension ascendants de militaires

    Claude Desnier pension ascendants de militaires

     - o -

    Claude Desnier-Pannetier n'était pas seulement un petit paysan ou un cultivateur comme tente de le faire croire l'armée, c'était aussi un propriétaire ! La preuve par cette carte de visite que j'ai en plusieurs exemplaires ! (format classique, 95x55 mm)

    Claude Desnier

     

     - o -

    Nous disposons enfin du livret de famille de Claude Desnier et Marie Pannetier :

    Claude Desnier livret famille

    Claude Desnier livret famille

    Claude Desnier livret famille

    Claude Desnier livret famille

    Claude Desnier livret famille

     

    Claude Desnier est mort à Glénat le 13 novembre 1947, à l'âge de 84 ans. J'avais 3 ans 1/2 et la famille m'a toujours dit que pour moi il était devenu "le pépé ptit ptit" (vieux, voûté, avec une canne ...)

    Claude et son épouse Marie sont inhumés dans le caveau familial du cimetière d'Artonne

    Claude Desnier & Marie Pannetier

     

    - o -

    Nous avons peu de photos de Claude Desnier, pour ma part je n'en connais que 3 : celle de janvier 1917 où il figure en arrière-plan derrière Auguste, celle du mariage de ce dernier, et celle-ci.

    Claude Desnier

    Extraite d'une photo prise pendant les moissons elle date des années 1930, devant lui probablement sa petite fille Clo.

    « Joseph PannetierLe Zouave de Glénat »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :